Sommaire

Élever des poules

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf :

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Les poules sont en train de devenir de véritables animaux de compagnie. Leur présence familière donne de la vie et de la gaieté à n'importe quel bout de jardin. De plus, ces belles volailles permettent de réduire les déchets alimentaires et offrent chaque jour des œufs frais à toute la famille. Même s'il est facile d'élever des poules en ville chez soi, n'improvisez pas leur arrivée. Cette fiche est là pour vous aider à bien débuter votre petit élevage.

 

 

Zoom sur les questions à se poser avant d'élever des poules en ville

Comme tout animal de compagnie, les poules demandent du temps et de l'attention. Tous les jours, vous devrez les nourrir, vérifier la propreté de leur eau, ramasser leurs œufs, ouvrir et fermer le poulailler. Vous devrez régulièrement nettoyer leur habitat, et une ou deux fois par an désinfecter entièrement sols, pondoirs, perchoirs, murs…

Avant de vous lancer dans l'aventure de la basse-cour, posez-vous donc les bonnes questions :

  • Ai-je un peu de temps le matin et le soir à consacrer à des poules ?
  • Ai-je un espace assez grand pour que mes poules puissent s'ébattre ?
  • Qui s'occupera de mes poules pendant mes absences ?
  • Mes voisins pourraient-ils être incommodés par la présence d'une basse-cour ?
  • Suis-je prêt(e) à nettoyer la fiente des poules ?
  • Quelle sera ma réaction lorsque je les retrouverai en train de déterrer mes salades ou de massacrer mes plates-bandes ?

1. Avez-vous le droit d'élever des poules dans votre ville ?

Les aménagements d'élevages dits « familiaux » sont dispensés de toute formalité préalable d'installation. Sachez cependant que :

  • Si vous êtes citadin, vérifiez auprès de votre mairie que des mesures restrictives n’ont pas été prises sur votre commune.
  • Certaines réglementations de résidence interdisent l’implantation d'un poulailler.
  • Dans le cas de la présence d'un coq, les nuisances dues au bruit sont les plus fréquentes. Le chant du coq est considéré comme un comportement normal. Il ne devient un trouble du voisinage que si le coq chante de façon incessante.
  • Vous êtes responsable des dégâts que vos volailles pourraient causer chez votre voisin.

2. Préparez le parcours des poules

Le parcours est le terrain que vous allez accorder à vos poules.

Prévoyez une surface suffisamment grande

Les poules sont d'infatigables marcheuses qui ont un besoin vital de gratter la terre à la recherche de graines et de vers.

Plus vos poules disposent d'espace, plus elles sont à leur aise, et plus elles sont faciles à entretenir. 

Prévoyez au minimum un espace extérieur de 20 m² par poule. Une centaine de m² évitera que vos volailles transforment en quelques mois leur parcours en champ de boue.

Le parcours idéal est planté d'un ou deux arbres fruitiers et de quelques arbustes de type groseillier.

Clôturez le parcours

Afin que vos poules soient en sécurité et qu'elles ne s'échappent pas, clôturez leur parcours à l'aide d'un grillage que vous choisirez à votre goût. Pour être efficace, la hauteur de la clôture doit être comprise entre 1,30 et 1,50 m.

Il est aussi possible d'utiliser une clôture électrique. Certaines ont des maillages spécialement conçus pour les poules. Elles sont utilisées de préférence dans le cas d'enclos amovibles pour effectuer des rotations de parcours.

Si vous résidez dans une zone où les renards sont présents, plusieurs aménagements peuvent être nécessaires :

  • Enterrez la clôture d'au moins 60 cm de profondeur ou poser un grillage de 60 cm à 1 mètre de hauteur à plat tout autour de la clôture. Le renard ne pourra pas creuser.
  • installez un fil électrique au pied et en haut de la clôture.
Lire l'article Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka

3. Choisissez un poulailler

Les poules ont besoin d'un abri pour dormir, pour pondre en toute sécurité et éventuellement pour se réfugier en cas de mauvais temps.

Trois solutions s'offrent à vous :

  • Un local existant à aménager pour accueillir vos volailles : c'est la solution la moins onéreuse, mais pas toujours la plus pratique.
  • La construction d'un abri en bois ou en parpaing : intéressant si vous êtes bricoleur(se).
Lire l'article Ooreka
  • L'achat d'un poulailler en kit : vous n'aurez que l'embarras du choix, mais préférez un modèle en bois. Il demande plus d'entretien, mais reste plus confortable pour les volailles. Nombre de ces poulaillers sont vendus avec un mini-parc grillagé, voire couvert. Il ne sert qu'à contenir les poules exceptionnellement mais ne peut pas répondre au besoin de gambader de vos volailles, même naines.
Lire l'article Ooreka

La surface du poulailler dépend du nombre de poules que vous désirez. Prévoyez une surface de 1,50 m² pour trois poules de taille moyenne.

4. Aménagez et équipez le poulailler

Voici quelques points à prendre en compte pour que le confort de vos poules soit optimal et que l'organisation soit facile pour vous.

Le sol du poulailler

Deux possibilités :

  • Le sol en terre battue : il a une action efficace pour dessécher les fientes et est plus agréable pour les poules ; en revanche, il est plus facile pour les nuisibles de s'y frayer un passage.
  • Le sol en béton : il demande un entretien plus régulier, mais plus facile ; et surtout, aucun rat n'a jamais creusé de galerie dans le béton…

L'aménagement intérieur

Le poulailler doit comporter deux parties qui ne sont pas nécessairement séparées par une cloison.

  • La partie couchage se compose de perchoirs élevés. Leur hauteur dépend de la race de poule : les races lourdes évitent de monter trop haut alors que les poules naines se perchent le plus haut possible. Des tasseaux de bois aux angles bien arrondis, poncés et d'une section de 4 à 5 cm feront très bien l'affaire. Ils doivent être espacés d'au moins 30 cm les uns des autres, en espalier ou non. Sous les perchoirs, disposez une litière de paille ou de copeaux de bois pour absorber les déjections de la nuit.
  • Le coin pondoir : qu'il s'agisse d'une simple caissette d'une trentaine de centimètres de côté ou d'un pondoir plus sophistiqué, le pondoir sera disposé dans le coin le plus calme du poulailler. Il peut être mis légèrement en hauteur, mais restera d'un accès facile pour les oiseaux. On compte en général un pondoir pour trois poules.

Si le poulailler est suffisamment grand, prévoyez à l'intérieur un lieu de stockage pour l'alimentation.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

La trappe automatique

Les poules se couchent et se lèvent avec le soleil. Pour éviter la corvée d'aller fermer et ouvrir la porte du poulailler, il est possible de fixer une trappe automatique. Réglée sur l'heure ou la luminosité, elle s'ouvre et se ferme automatiquement. Elle présente l'avantage de mettre vos poules en sécurité et de fermer hermétiquement le poulailler toutes les nuits, même durant vos absences.

Lire l'article Ooreka

L'eau et l'électricité

Dans la mesure du possible, prévoyez non loin du poulailler une arrivée d'eau et un branchement électrique, cela vous facilitera la vie.

L'exposition du poulailler

Le poulailler doit être exposé à l'abri des vents dominants. Évitez de placer les ouvertures vers l'ouest, une exposition sud/sud-est est préférable.

Abreuvoir et mangeoire

Indispensables pour nourrir votre basse-cour, les abreuvoirs et les mangeoires sont le plus souvent, soit en plastique, peu chers mais plus fragiles sur le long terme, soit galvanisés, plus chers mais plus résistants, surtout en extérieur. Deux critères sont à prendre en compte :

  • le nombre de poules : ne prenez pas un trop grand modèle si vous ne possédez que deux poules ;
  • le lieu où vous les placez : à l'intérieur, il n'est pas nécessaire de prendre un modèle couvert, et les plastiques résistent bien ; à l'extérieur, choisissez un modèle avec trappe qui s'ouvre lorsqu'une poule se présente devant. Les céréales seront protégées des intempéries, et cela évitera que les graines soient pillées par les oiseaux sauvages et les rongeurs.
Lire l'article Ooreka

Bac à poussière

Tout le monde a entendu parler des nids de poule. Il ne s'agit pas d'un nid à proprement parlé, mais de petites excavations que les volatiles creusent dans la terre et dans lesquelles ils vont régulièrement se « poudrer » afin d'entretenir leur plumage et se débarrasser de leurs parasites. Il est possible de préparer ce bac à poussière en creusant une petite « baignoire » d'1 m² environ sur 20 cm de profondeur, si possible à l'abri d'un petit toit. Remplissez-le à moitié de sable fin et de cendres de bois. En prévention, vous pouvez ajouter un pincée de terre de diatomée aux vertus antiparasitaires. Les oiseaux viendront y prendre régulièrement leur bain de poussière.

5. Choisissez vos poules

Vous êtes maintenant prêt à accueillir vos poules. Et avec 200 races différentes, dont une cinquantaine françaises, vous avez l'embarras du choix. Les poules sont classées par catégories. Il y a les poules d'ornement, de ponte, de chair et même de combat (si les combats sont interdits en France, ces races sont prisées pour leur allure particulière).

Lire l'article Ooreka

Déterminez vos attentes en fonction de vos possibilités

  • Si vous possédez un petit espace, optez pour les poules naines ou Soie, elles égayeront votre jardinet de leur flamboyant ramage.
  • Dans un grand parcours, l'Orpington ou la Brahma saura vous surprendre par sa familiarité.
  • Si chaque poule à ses spécificités, certaines races sont plus polyvalentes : ainsi, les poules d'ornement peuvent aussi être de bonnes pondeuses, c'est le cas de la Faverolles, la Sussex ou la Coucou d'Écosse.
  • Sachez également que certaines races sont plus faciles à élever pour des débutants, comme la Cochin ou la Sabelpoot.

Prenez les poules par pairs

Prenez toujours les poules par pairs, même si vous en possédez déjà. Mais surtout, ne surchargez pas votre espace.

Pourquoi pas un coq ?

Il peut être tentant de prendre un trio, c'est-à-dire un coq et deux poules. Mais cela signifie se lancer dans l'élevage et donc être non seulement capable de gérer la reproduction, l'arrivée des poussins, mais aussi disposer de suffisamment d'espace pour garder les poulets jusqu'à ce que vous vous en sépariez. De plus, s'il est assez facile de trouver des acquéreurs pour de jolies poules de race, les coqs ont du mal à trouver preneur. Ils représentent en moyenne 50 % des couvées et on n'en garde généralement un pour 4 à 5 poules.

Coq

Article

Lire l'article Ooreka

Où trouver des poules ?

L'élevage de poules d'ornement connaît aujourd'hui un tel succès que trouver des animaux est assez facile :

  • Si vous êtes fixé sur une race, une liste des éleveurs par race est disponible sur le site de Volaille Poultry.
  • Si vous n'êtes pas très décidé, pourquoi ne pas vous rendre dans une exposition avicole : vous découvrirez de nombreuses races et pourrez échanger avec les éleveurs. L'agenda des foires avicoles se trouve également sur le site de Volaille Poultry.
  • Recherchez dans les sites de petites annonces.

Dans tous les cas, essayez de visiter l'élevage dans lequel vous achetez les volailles afin de voir les conditions dans lesquelles elles évoluent. Un élevage bien tenu, avec des propriétaires qui s'occupent correctement de leurs animaux, se repère au premier coup d'œil.

Lire l'article Ooreka

6. Nourrissez vos poules

Pour nourrir une poule, il ne suffit pas de lui jeter quelques grains de blé le matin. Il faut veiller à la variété de son alimentation. Les poules se nourrissent de céréales, mais pas seulement. Elles ont besoin d'insectes, de vers, de limaces, mais aussi de verdure, sous la forme de divers végétaux.

Si la poule dispose d'un vaste parcours, elle trouvera les compléments dont elle a besoin, sinon ce sera à vous de lui faire des menus complets.

Lire l'article Ooreka

Les céréales

Le blé et le maïs concassé constituent une bonne base (60 % blé, 40 % maïs). Seigle, sorgho et millet peuvent améliorer la ration journalière en petites quantités. En hiver, ajoutez de l'orge et de l'avoine (10 % de chaque).

Si les poules sont relativement confinées, il est conseillé de donner le repas en deux temps, le matin et le soir, celui du soir étant plus conséquent.

Si le parcours est vaste, vous pouvez laisser les céréales en libre service dans une mangeoire, en prenant le risque qu'une partie soit mangée par les oiseaux du ciel.

La verdure

La verdure est indispensable au bol alimentaire des poules :

  • Pissenlits, pâquerettes, salade, orties hachées, trèfles, renouées et graminées diverses sont à donner à volonté.
  • Donnez aussi les mauvaises herbes du potager, vos poules feront le tri.
  • Elles apprécient également les épluchures, sauf celles de pommes de terre.
  • En revanche, ne laissez pas pourrir les végétaux, enlevez rapidement ceux qui ne sont pas consommés.

Les compléments

Complétez leur alimentation avec des fruits, vos restes de viandes, de graisses non cuites, de pâtes (évitez le riz en quantité). Les poules sont omnivores, proposez-leur des aliments divers et voyez ce qu'elles aiment.

Si le parcours n'est pas très grand où si vous remarquez une fragilité de la coquille des œufs, mettez en permanence du grit à leur disposition. Il s'agit d'un mélange de minéraux, de sable et de brisures de coquillage nécessaire à la fabrication du calcaire de la coquille et permettant aux poules de broyer les graines dans leur gésier.

Les aliments préparés

Il existe dans le commerce des aliments et compléments alimentaires destinés aux volailles, qu'elles soient d'ornement, de chair ou pondeuses. Les aliments complets sous forme de granulés sont plutôt destinés aux poules pondeuses qui n'ont pas d'autre alimentation. Vous pouvez également trouver des mélanges de céréales, bio ou pas, parfaitement équilibrés.

L'eau

Les poules boivent beaucoup. Veillez à ce qu'elles aient toujours de l'eau propre et fraîche à leur disposition.

7. Entretenez votre poulailler et vos poules

Pour conserver des poules en bonne santé, il est nécessaire de leur offrir un environnement sain. Pour cela, il est obligatoire de nettoyer les installations et de vérifier la santé de ses gallinacés régulièrement.

Nettoyez les installations

  • Une fois par semaine :
    • nettoyez les déjections à l'aide d'un grattoir dans tout le poulailler ;
    • lavez mangeoires et abreuvoirs ;
    • changez la litière des pondoirs et grattez les perchoirs.
  • Deux fois par an :
    • prévoyez une désinfection par pulvérisation au sol et sur les murs. Il s'agit d'éviter la prolifération des parasites. Utilisez des insecticides spécialement prévus à cet usage, ils sont sans danger pour les animaux ;
    • renouvelez éventuellement le bac à poussière.
  • De temps en temps :
    • si vous avez un poulailler en bois, pensez à le protéger des insectes et des intempéries et jetez un œil aux petites réparations.

Prenez soin de vos poules

Les parasites comme les poux rouges ou la galle des pattes peuvent rapidement infester un poulailler et ses occupants. Vérifiez les plumages régulièrement, regardez si les pattes ont une allure saine et ne sont pas gonflées. Soyez toujours attentif à l'attitude de vos poules, si vous avez l’habitude de les observer, vous remarquerez très vite une poule malade. Demandez conseil à votre vétérinaire si vous avez le moindre doute.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Matériel nécessaire pour élever des poules

Imprimer
Grillage

Grillage

À partir de 1 € / m

Tasseau

Tasseau

À partir de 5 €

Aussi dans la rubrique :

Élever ses poules

Sommaire

Comment élever des poules ?

Élevage de poussins Élever des poussins Élever des poules Élevage de poules
Voir 1 article de plus

Reproduction de la poule

Reproduction de la poule Comment faire pondre une poule
Voir 2 articles de plus

Comprendre le comportement des poules

Comportement des poules